Retour sélection
Exhibition catalogue "Martine Franck, Venus d'ailleurs", Imprimerie Nationale, 2011

Martine Franck – Venus d’ailleurs, peintres et sculpteurs à Paris depuis 1945

  • Texte de Germain Viatte (auteur)
  • Actes sud/Imprimerie nationale (editeur)
  • October, 2011 (parution)
  • ISBN 978-2330000639
  • 156 pages
  • 45 euros

(In French only)

Catalogue de l’exposition « Venus d’ailleurs par Martine Franck , Peintres et sculpteurs à Paris depuis 1945″ présentée à la Maison Européenne de la Photographie, Paris (5 octobre 2011 – 7  janvier 2012).

«Leur apparence pourrait sembler ordinaire s’ils n’étaient pas totalement habités par le projet qui inspire leur vie. La photographe sait capter, pour chacun, ce qui fait signe : le regard, le langage des mains qui trahissent l’inquiétude ou le jeu qui est au coeur de toute oeuvre.

Certains de ces portraits affirment le vertige d’un éphémère éternel et toujours inattendu, comme ceux de Rebecca Horn ou de Yaacov Agam ; une violente détermination face à un réel qui s’impose pour Avigdor Arikha ou Raymond Mason ; la méditation de Lee Ufan sur l’acte de peindre, ou celle de Zoran Music face à la mémoire d’une humanité perdue. Martine Franck capte aussi bien Antonio Seguí, confondu dans l’alignement anthropomorphe de ses urnes funéraires précolombiennes, que la farce proliférante des créatures fictives qui semblent cerner Erró. Elle saisit l’acuité du regard de Vladimir Velickovic ou le défi de Dado face à la mort. Dans l’une de ces images, Fermín Aguayo, jeune encore, est atteint par la maladie et l’on comprend que sa fin est proche. En acceptant de se livrer au portraitiste, le modèle propose ou accepte la pose qui pourra le caractériser.

Au-delà de cette première approche, Martine Franck sait surprendre chez Léonor Fini, Valerio Adami, Gao Xingjian, Christian Jaccard, Judit Reigl ou Barthélémy Toguo des attitudes simples, éternelles, qui composent autant de figures emblématiques de l’inquiétude du créateur. On y découvre rarement la nostalgie du pays perdu et l’évocation directe des aléas de l’existence comme chez Oscar Rabine.

C’est sans doute l’intelligence d’un parcours accompli qui domine cette galerie de visages habités, mais aussi la modestie devant les surprises du destin, la lumière d’un entendement d’enfance ou d’une nostalgie surmontée, une ultime vivacité, le pétillement d’un regard qui affirme un possible avenir».

Germain Viatte

 

out of stock

Dans la même catégorie

Raymond Depardon, Traverser

Claude Iverné, Bilad es Sudan

Acheter

Louis Faurer

Francesca Woodman : Devenir un ange

Ugo Mulas, La Photographie

Jeff WALL, Smaller Pictures

Pieter Hugo, Kin

Henri Cartier-Bresson, The Decisive Moment

William Eggleston: From Black and White to Color

Documentary: Le siècle d’Henri Cartier-Bresson

Guido Guidi – Veramente

Henri Cartier-Bresson, L’exposition/The exhibition

Henri Cartier-Bresson, Voir est un tout

Henri Cartier-Bresson

Sergio Larrain – Vagabondages

Fondation Henri Cartier-Bresson, X

Vanessa Winship – She dances on Jackson

Emmet Gowin (signed)

Howard Greenberg – COLLECTION

Yutaka Takanashi

Henri Cartier-Bresson et Paul Strand, Mexique, 1932-1934

Lewis Hine

August Sander – Voir, Observer et Penser

David Goldblatt, “TJ” 1948-2010

Harry Callahan – Variations

Martine Franck – Women

Henri Cartier-Bresson – The Modern Century

Robert Doisneau, Du métier à l’oeuvre

Irving Penn – Small Trades

Mitch Epstein – American Power

Open See – Jim Goldberg

Revoir Henri Cartier-Bresson 

Guy Tillim – Avenue Patrice Lumumba

Henri Cartier-Bresson et «Le Monde»

Le tir photographique

Photographier l’Amérique, 1929-1947

Double DVD “Henri Cartier-Bresson”

Saul Leiter

L’Art sans art d’Henri Cartier-Bresson

Martine Franck

Martine Franck – Photo Poche

Fazal Sheikh – Ladli

Saul Steinberg – Illuminations

Henri Cartier-Bresson – Scrapbook

Joan Colom – Les gens du raval

Portraits par Henri Cartier-Bresson, “le silence intérieur d’une victime consentante”

Guy Tillim – Jo’burg

Henri Cartier-Bresson et Alberto Giacometti, Une communauté de regards

Larry Towel – No Man’s Land

Henri Cartier-Bresson, photographe

Henri Cartier-Bresson – Des images et des mots

L’imaginaire d’après nature

Moî Wer, Ci-contre

Documentary and Anti-Graphic Photographs

Fables

Cartier-Bresson, Au crayon

Henri

Les choix d’Henri Cartier-Bresson

De qui s’agit-il?

Photographe

100th Street

A Camel for the Son – Fazal Sheikh

Cartier-Bresson, l’œil du siècle

Tibetan Tulkus: Images of continuity, photographies de Martine Franck

Vers un autre futur

The Photography of Bill Brandt

Martine Franck – D’un jour, l’autre

Henri Cartier-Bresson, Carnets mexicains, 1934-1964 

Henri Cartier-Bresson

Bruce Davidson – Time of Change