Toutes les Expositions
Henri Cartier-Bresson, Blackpool, juillet 1962 © Fondation Henri Cartier-Bresson / Magnum Photos
Martin Parr, Blackpool, 1993 © Martin Parr / Magnum Photos

Henri Cartier-Bresson avec Martin Parr

Réconciliation

du 8 novembre 2022 au 12 février 2023

Exposition

À l’occasion de l’inauguration de son nouvel espace, la Fondation HCB présente une exposition inédite sur l’œuvre d’Henri Cartier-Bresson (1908-2004) et de Martin Parr (né en 1952). Cette exposition réconcilie les deux photographes, qu’un « gouffre » sépare comme Martin Parr le qualifie lui-même, à travers leurs regards, à trois époques différentes, sur la société du Nord de l’Angleterre au travail comme lors de ses loisirs.

En 1989, Martin Parr, photographe de renom et néanmoins controversé pour ses photographies en couleur de la « middle class » britannique sur les plages du Nord de l’Angleterre, soulève un tollé lorsqu’il tente d’intégrer l’agence coopérative Magnum Photos. Henri Cartier-Bresson, co‑fondateur de l’agence, fulmine contre cette perspective. Une rencontre des deux artistes permet une réconciliation amicale et la coexistence de leurs conceptions de la photographie, appartenant à « deux systèmes solaires différents » d’après Cartier-Bresson. Martin Parr intègre finalement Magnum Photos en 1994.

Si les deux photographes affichent ouvertement leurs différends artistiques, une récente découverte les nuancent. En 2021, la Cinémathèque française exhume un film réalisé au banc-titre, avec les photographies d’Henri Cartier-Bresson, par Douglas Hickox en 1962 pour la télévision britannique ITV/ABC. Dans Stop laughing – This is England (Cessez de rire, voici l’Angleterre), Cartier-Bresson y fait un portrait amusé des Anglais au travail et lors de leurs loisirs dans le Nord industriel du pays. Les photographies de Cartier‑Bresson, commandées pour ce film, ainsi que les commentaires, résonnent de façon troublante, à 24 ans d’écart, avec le travail décrié de Martin Parr, publié dans l’ouvrage The Last Resort en 1986.

L’exposition Réconciliation présente ce film ainsi que les tirages originaux d’Henri Cartier-Bresson qui en sont la matière première ; l’ouvrage The Last Resort de Martin Parr et une commande plus récente (2009/2010), Black Country Stories, passée à ce dernier pour retourner sur ses propres traces dans le Nord de l’Angleterre photographier… les Anglais au travail et lors de leurs loisirs. Trois époques, deux regards pour décrire une même société et son évolution (1962, 1986, 2010). Comme l’a dit Henri Cartier-Bresson : « Il n’est pas plus exotique que l’Angleterre ».

Commissariat
François Hébel, directeur de la Fondation HCB

Cette exposition est organisée avec la Martin Parr Foundation, Bristol.

Biographies

Henri Cartier-Bresson
Né en 1908 à Chanteloup, Seine et Marne, Henri Cartier-Bresson commence par étudier la peinture à l’atelier d’André Lhote à Paris avant de se consacrer à la photographie. En 1931, après avoir voyagé un an en Afrique, il achète son premier Leica.

Son travail fait l’objet de publications et expositions dès 1933, d’abord à l’étranger puis en France. Il voyage en Europe, au Mexique puis aux États-Unis. Intéressé par le cinéma, il assiste Jean Renoir en 1936 et 1939 et réalise, dans la même période, trois documentaires sur la guerre d’Espagne. 

Le 23 juin 1940, il est fait prisonnier et parvient à s’évader en 1943 après deux tentatives infructueuses. Le Museum of Modern Art (MoMA) de New York lui consacre une exposition en 1947 et, la même année, il crée avec Robert Capa, David Seymour, George Rodger et William Vandivert, l’agence Magnum Photos. Il passe ensuite trois ans en Orient. 

De retour en Europe, il publie en 1952 son premier livre, Images à la Sauvette. Il réalise par la suite de nombreux voyages et décide au début des années 1970 de se consacrer au dessin. 

Celui que l’on surnomme « l’œil du siècle » a été le témoin des grands événements du XXème siècle : funérailles de Gandhi en Inde, derniers jours du Kuomintang en Chine, premières photographies de l’URSS après la mort de Staline… À sa disparition en 2004, il laisse derrière lui un patrimoine unique dans l’histoire de la photographie, qui fait sans cesse l’objet de nouvelles interprétations grâce au travail de la Fondation Henri Cartier-Bresson, créée en 2003 avec son épouse Martine Franck et leur fille, Mélanie. 

Martin Parr
Martin Parr (né en 1952 à Epsom, Royaume-Uni) est l’un des photographes documentaires les plus connus de sa génération. Avec plus de 100 livres publiés, son héritage photographique est déjà bien établi.

Martin Parr est également l’auteur de nombreux livres sur l’histoire de la photographie et commissaire d’expositions, dont deux festivals de photographie, Les Rencontres d’Arles en 2004 et la Biennale de Brighton en 2010. Plus récemment, il a été le commissaire d’une exposition au Barbican Center, Strange and Familiar.

Martin Parr est membre de Magnum Photos depuis 1994 et en a été le président de 2013 à 2017. En 2013, il a été nommé professeur invité de photographie à l’Université d’Ulster.

Les œuvres de Martin Parr ont été collectionnées par de nombreux musées de premier plan tels que la Tate, le Centre Pompidou et le MoMA.

Martin Parr a créé la Fondation Martin Parr en 2017. En 2019, la National Portrait Gallery de Londres a organisé une grande exposition de son œuvre intitulée Only Human.

__

Avec le soutien de